Partagez|

la parade du reptile

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Victoire Fontenoy


MESSAGES : 39
DATE DE NAISSANCE : 29/10/1992
NAME : CHAMPAGNE MAMI
CRÉDITS : myself
JOB : vendeuse à h&m
mad sounds in your ears

MessageSujet: la parade du reptile   Lun 25 Juil - 17:48

(musique)
Comme un destructeur retour de flamme, elle voulait qu’il paie ses maladresses verbales de la veille. Il devait s’en douter d’ailleurs,  que ses mots n’allaient pas planer au-dessus d’eux sans lui causer de tort un jour, qu’ils n’allaient rester impunis. Il la connaissait fatalement mieux que quiconque, jusque dans ses plus sombres recoins après les épreuves qu’ils ont dû traverser. Car même si Victoire semblait avoir sorti la carte de l’indifférence (donc sous-entendue celle du pardon), celle de la vengeance était toujours coincée dans sa manche, prête à être dégainée. Là, une fois balancée sur le tapis, elle pourrait retirer sa pokerface pour un sourire en coin triomphant; victorieux. « C’est de ta faute si j’peux plus voir mon fils, j’sais même pas ce que je fous encore avec toi. » Bien sûr que si, qu’il le savait. Ils s’aimaient tous les deux. De trop, de la plus affreuse des manières, mais ils s’aimaient. Alors quoi de mieux que de retourner à l’origine de leur monde bancal, ce petit cosmos charpenté de bois pourri, ce chaos qu’ils ont bâti de toutes pièces avec leurs pires défauts et un amour si passionnel qu’il en devient destructeur en guise de fondations ?
Elle l’avait façonné, elle s’était substituée éhontément avec une audace arrogante au Tout-Puissant pour faire une version améliorée (donc plus mauvaise encore) du jeune lionceau de bas étage qu’il était. Son souhait était de le rendre ainsi davantage attrayant pour ses yeux reptiliens. Et maintenant voilà qu’il se retournait contre elle. Le voilà qui mordait avec hargne la main qui le nourrissait, dévorant la pomme tendue par la même occasion. Une créature incontrôlable qu’elle se délectait de voir sortir de ses gonds. Elle était à la fois effrayée et fière de ce qu’elle avait créé. Elle le trouvait majestueusement beau dans cet état. Un aigle qui déployait ses ailes de toute leur envergure clamant son territoire en démontrant sa force, mais surtout la propre faiblesse dont elle faisait preuve face à lui dans ce duel perdu d’avance. Il la dominait physiquement, elle le dominait par les sentiments. C’était de bonne guerre.
De retour donc à la genèse; ils se retrouvent dans une ambiance à la fois chill et animée, dans laquelle tous abandonnent leurs vertus au vestiaire. Un monde lugubre que logiquement, elle adorait fréquenter. Elle se rappelle la fois où il l’avait dénichée. Vivi se demande si à l’heure actuelle, il le regrettait de l’avoir fait. D’avoir susurré ses jolis mots à son oreille qui sonnaient comme une incantation, dont l’effet était éternel. Si elle s’arrêtait à ses mots du jour précédent, évidemment. Si elle regardait plus globalement leur parcours sinueux, non.
Lupe, une petite espagnole rencontrée dans un bar ayant émigré dans la Venise du Nord, lui avait proposé de la rejoindre dans ce club avec d’autres de ses connaissances. Cela faisait longtemps qu’elle n’était pas sortie, Victoire avait ce besoin imminent de renouer avec ses vieux démons. L’occasion était tombée au bon moment : elle avait aussi une savoureuse revanche à déguster. Vivi s’y était donc pointée avec Rami, qui lui semblait bien moins enthousiaste qu’elle à l’idée de passer la soirée avec un troupeau d’inconnus. Même cosmos, pas la même planète. La France lui manquait. Son fils lui manquait. Mais elle refusait de prendre sur elle l’entière responsabilité des événements.
Une, deux, trois coupes de champagne tiède dans le nez. Elle avait été habituée à mieux, ses qualités d’aspirante oenologue reçues en héritage en étaient presque outrées. Tandis que son compagnon de malheur semblait plus mesuré, scrutant les alentours, Vivi elle feignait déjà l’ivresse, installée sur la banquette en faux cuir de la zone VIP du club. Elle battait de ses long cils, triturait ses mèches, croisait et décroisait ses longues jambes attirant donc le regard de son cobaye sur ces dernières. Elle en profitait pour rire plus que nécessaire aux blagues douteuses de Jonas, ou Joannis ? Elle n’en était sûre et à vrai dire, cela ne lui importait que peu. Elle osait même passer le barrage du contact physique sans vergogne, palpant ses bras alors qu’il se ventait de ses heures passées à la salle de sport.
Tout cela en vouant toujours une ignorance royale et calculée à l’égard de Rami. La spirale corrosive était enclenchée.

☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆. ☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆.

la bourgeoisie chiale
la misère chante
Revenir en haut Aller en bas

la parade du reptile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Défense, parade et bouclier
» Une histoire de Reptile
» Liens d'un gros reptile [OPEN]
» Armies on Parade 2016
» Oh ! Les voilà ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAD SOUNDS :: leidseplein-